figurines 1/6ème Index du Forum figurines 1/6ème
présentation de figurine au 1/6ème avec leur histoire
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 BienvenueInvité sur figurinepassion 
Hermann Bernhaerd Ramcke

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    figurines 1/6ème Index du Forum -> l histoire de la ww2 et de son materiel de guerre -> les généraux de la ww2 qui étaient ils?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message



Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2010
Messages: 348
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): -27
Moyenne de points: -0,08

MessagePosté le: Jeu 28 Avr - 20:06 (2011)    Sujet du message: Hermann Bernhaerd Ramcke Répondre en citant

I/ Introduction
Né le 24 janvier 1889 a Schleswig-Friedrichsberg, il est issu d’une famille d’agriculteur. Il est très tôt attiré par la mer du fait de la proximité de la base navale de Kiel où se trouve la Kaiserliche Marine (Marine Impériale Allemande). Lorsque l’un de ses instituteurs lui demande ce qu’il compte faire, Ramcke lui répond « Amiral », alors que l’instituteur lui fait part des ces objections, il rétorque tout naturellement qu’il sera « Général ». À ses 16 ans, il passe devant un conseil de révision Friedrichsot-bei-Kiel, qui risque de rejeter sa candidature à cause de sa frêle constitution. À cela, il demande aux officiers et aux médecins devant étudier son cas de le laisser faire ses preuves. Le 4 avril, il rentre comme Schiffsjunge (mousse)  à la Kaiserliche Marine. Durant deux années, il apprend son métier sur les navires écoles Stosch et Moltke, où il est guère ménagé. Le 26 septembre 1905, il est promu Matrose (matelot), sa frêle carrure a fait place à un homme vigoureux et apte à servir. Il sert sur différents bâtiments : les croiseurs légers Médusa et Undine, les croiseurs lourd Prinz Aldabert et Blücher, le pré-dreadnought Wettin. Ces différentes affectations sont entrecoupées d’affectation à la I. Matrosen Division et d’un stage de deux mois à l’école d’artillerie de la Marine de Sonderburg fin 1908. Suite à cette formation, il servira comme canonnier sur l’une des dix pièces de 150mm en casemate du Prinz Aldabert et il est nommé OberMatrose (matelot breveté), puis le 1er avril 1912, Bootsmannsmaat (quartier-maître). Il est envoyé à l’école des ingénieurs et officiers de pont entre le 4 juin et le 31 juillet 1914. 

II/ La grande guerre 
Lorsque la guerre éclate, il est affecté sur le Prinz Aldabert, une nouvelle fois, où il sert jusqu’en avril 1915. Il passe le reste du conflit à terre, tout d’abord au sein de la I Matrosen Division où il est promu Oberbootsmannsmaat (second maître) le 19 juillet 1915, puis au sein du bataillon de complément et de garnison de Bruges après avoir été promu le 11 septembre 1915 au grade de Feldwebel. Par la suite il rejoint un des régiments du Marine-Korps « Flandern »  aux ordres de l’Admiral von Schröder : le 2. Matrosen-Regiment en tant que chef de la 12. Kompanie. La mission de ce régiment est de tenir l’extrémité du front au niveau des Flandre et de la côte Belge qui est dotée de plusieurs batteries côtières. Le Marine-Korps a à sa disposition de l’infanterie de marine, des artilleurs de marine, des avions et hydravions de marine ainsi de des sous-marins, des destroyers  et des torpilleurs des bases navale de Ostende, Zeebrugge et Bruges.
Lors de l’attaque d’un avant poste ennemi, le 17 avril 1916, il est blessé à la cuisse droite par un éclat de grenade entre les fermes de Roodeport et Nieuwland Polder. Cette blessure lui permet de recevoir la Croix de Fer 2ème classe. Soigné sur place, il quitte ses hommes que pendant ces deux semaines de convalescence.
Le 5 décembre 1916, il est nommé Offiziers Stellvertreter (officier à titre provisoire) car son attitude au feu impressionne ses chefs. Par la suite, il conduit deux patrouilles de plus de 36 heures derrières les lignes ennemies de la ferme de Nieuwland Polder qui lui vaudront d’être cité à l’ordre du jour de la division et l’attribution de la Croix de Fer 1ère classe. Il s’illustre une nouvelle fois lorsque lui et ses hommes établissent une tête de pont à l’embouchure de l’Yser bousculant les unités britanniques fraîchement arrivées en remplacement des unités françaises. Devant autant de courage en première ligne, il est normal qu’il intègre les nouvelles unités d’assaut. Le 17 juillet 1917, il devient chef de section du bataillon d’assaut du Marine-Korps « Flandern ». L’objectif du bataillon d’assaut est de frapper vite, par surprise, en esquivant les points de résistance pour permettre une infiltration profonde  et la création de brèche dans les lignes ennemies, donc tous les ingrédients pour laisser libre cours au goût de patrouille et autres coups de main de Ramcke. Étant composé d’hommes expérimentés, le bataillon permet de former des officiers et des marins à cette nouvelle tactique, comprenant l’appui d’artillerie mais aussi l’aéronavale. Grâce à cela, Ramcke devient un spécialiste du combat d’infanterie ainsi qu’un instructeur chevronné, cela lui servira ultérieurement. Le 24 avril 1918, il reçoit la Croix Prussienne en Or du Mérite Militaire, et le 18 juillet il est promu au grade de Leutnant der Marine Infanterie. En octobre 1918, il est affecté au 425 Infanterie Regiment  en tant que chef après que le Marine-Korps fut dissout. Là encore il se fait remarquer en assurant l’arrière garde à Saint Joris et lors du combat urbain de Leischoot. Proposé pour la Croix de Chevalier avec épées de l’Ordre Prussien de la maison Royale, il ne peut la recevoir à cause de l’armistice. Il apprend celui-ci à l’hôpital suite à une nouvelle blessure subit le 27 octobre. Il sort de l’hôpital en décembre 1918.

III/ L’entre deux guerre
Le 1er janvier 1919, Ramcke est affecté au 1.Ersatz-Seebataillon, il prend le commandement de la d’une compagnie du Freikorps « von Brandis ». Il combat les Polonais vers Neisse. Le 10 mars, il est transféré dans l’armée et quitte la marine. Blessé aux combats face au Bolchéviques le 4 avril, il est évacué et ne retrouvera le front qu’à la mi-juillet. Lors de rééducation du bras droit, il s’entraîne à tirer et lancer les grenades de la main gauche. En août, à la demande des Alliés à l’Allemagne de retirer ses troupes de la Baltique, les soldats du corps francs s’enrôlent dans l’armée des Russes Blancs. Combattant près de Riga, elle est repoussé par les nationalistes lettons. Ramcke est décoré de l’insigne des blessés en or le 3 novembre. Le 10 novembre, il rejoint en tant que chef de section le Reichswehr-Schüten-Regiment 1 de la Reichswehr Brigade 1 de Königsberg. Il est promu Oberleutnant le 15 janvier 1921. Il devient responsable technique des transmissions du régiment alors qu’il suit des cours de transmission à Süteborg. Il est adjudant (officier d’ordonnance) du commandant du camp d’entraînement d’Ays de février 1943 à avril 1925. Occupant plusieurs postes entre temps, il est nommé Hauptmann le 1er février 1927. Le 1er septembre 1934, il prend le grade de Major et le 30 septembre il commande le III/IR 2 puis le III/IR 3. Puis, il est chargé de l’instruction : il entraîne les gardes-frontières de Silésie durant un an. Accédant au grade d’Oberstleutnant le 16 mars 1937, il commande le terrain de manœuvre de Zeithan-bei-Riesa, à partir du 10 novembre 1938. Il occupe ce poste lorsque le second conflit éclate.


(source revue ligne de front) 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Avr - 20:06 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut



Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2010
Messages: 348
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): -27
Moyenne de points: -0,08

MessagePosté le: Ven 29 Avr - 20:25 (2011)    Sujet du message: Hermann Bernhaerd Ramcke Répondre en citant

: Ramcke est rattaché au XXII. Armee Korps du General der Kavallerie von Kluist le 10 septembre 1939. Assurant la conception et la construction du terrain de manœuvre de Milowitz, il rejoint ensuite les avant-gardes et combat durant 23jours lors de la Campagne de Pologne. À Magierow, il capture 18 véhicules et 109 hommes dont 9 officiers et 16 sous-officiers. À Tamaszow, il participe à la charge du Kavallerie-Schützen-Regiment 11 de l’Oberst von Appel. Grâce à ses deux faits d’armes, il reçoit l’agrafe 1939 pour sa Croix de Fer de 2ème classe de la Première Guerre Mondiale. À la fin de la Campagne de Pologne, il reprend son poste à Zeithan-bei-Riesa. Il commande l’Ersatz-Infanterie-Regiment 69, qui a en charge l’instruction de toutes les nouvelles recrues du Wehrkreis XX. Il reste à ce poste du 16 janvier au 18 juillet, en même temps il sera nommé Oberst le 29 février 1940
La Campagne de Crête: après une déception non participation au Westfeldzug),il se porte volontaire pour les Fallschirmjäger à 51 ans. Certains le disent trop vieux, il dément ces [allégations en obtenant son brevet le 1er août 1940. À cette date, il quitte la Heer pour rejoindre la Luftwaffe. Alors qu’il est affecté au Fallschirmjäger 3, il reste détaché à l’école de saut n°3, celle là même où il a obtenu son brevet. Il est chargé de développer un armement lourd pour les Fallschirmjäger alors qu’il est rattaché à l’état-major du Fallschirmjäger-Regiment 1 de fin août à fin décembre 1940. Student, General der Flieger, confie à Ramcke la responsabilité de toutes les unités d’instruction et écoles de son XI Flieger-Korps du 1er janvier 1941 au 12 février 1943. Le 20 mai 1941, les Fallschirmjäger sautent ou se posent en Crête. L’opération Merkur commence. Sous le commandement du Generalmajor Engen Meindl, le LL-Sturm-Regiment doit conquérir le premier objectif (Malémé). En sautant avec la première vague, Meindl est sérieusement blessé lors de l’attaque du pont sur le Travonitis. Ramcke est désigné pour le remplacer par le Kommandeur de la 7. Flieger-Division. Le 21 mai, Ramcke saute entre l’aérodrome de Malémé et le Travonitis. Les Fallschirmjäger du LL-Sturm-Regiment sont les héritiers des troupes d’assaut auxquelles il a appartenu. Ils mettent en œuvre les mêmes techniques d’infiltration et d’assaut. Student, au vu des rapports, fait porter l’effort de l’attaque sur Malémé en y envoyant l’essentiel des renforts. Ramcke est nommé à la tête du Gruppe West en attendant l’arrivée du Generalmajor Ringel. À peine au sol, Ramcke se rend au PC du LL-Sturm-Regiment. Convoquant les commandants, on lui fait un topo de la situation. Apprenant que la côte 107, qui domine l’aéroport voit l’apparition de partisans crétois, il organise un mouvement tournant par le sud et l’est pour dégager définitivement l’aérodrome de Malémé. Le lendemain, une contre-attaque néo-zélandaise, avec l’aide de chars, est stoppée par ses paras. Les néo-zélandais sont refoulés petit à petit grâce à la manœuvre de débordement. Malheureusement, cette victoire coûte chère à Hitler et celui-ci ne veut plus de grandes opérations aéroportés.

de La Campagne Libye à la fin des opérations en Crète, Ramcke retrouve ses fonctions de responsable de l’instruction. En mars 1942, il est détaché auprès de l’Etat-major Royal des Forces Armées Italiennes, pour aider à entraîner les parachutistes du Generale di Divisione Frattini. La division parachutiste « Folgore » doit prendre part aux côtés de la Fallschirmjäger Brigade 1, à l’opération « Herkules » qui a pour but la prise de l’île de Malte. Cette attaque combine une opération aéroporté et un débarquement. Cette opération étant sans cesse repoussée, la Brigade « Ramcke »(Fallschirmjäger Brigade 1) est transféré en Afrique du Nord devant les demandes incessantes de Rommel pour obtenir des renforts. Après un voyage en Lybie pour préparer l’arrivée de ses hommes, ils quittent les Balkans pour la Grèce. Le 4 août, le premier bataillon est à Tobrouk et grâce à un incessant pont aérien, ne laissant aucun répit aux équipages et aux personnels de maintenance, toute la brigade, sauf l’artillerie, est rapidement à pied d’œuvre dans la ville libyenne. Malheureusement une surprise les attend : leur position sur la ligne de front se trouve en Egypte à 500 km, et ils ne disposent d’aucun camion. Ils vont faire du stop pour rejoindre le front : aucun ne manquera à l’appel. Les Fallschirmjäger vont mener un autre type de combat : les offensives éclaires font place à l’occupation de positions clefs. Le front, allant du rivage de la mer Méditerranée à la dépression de Qattara, fait une centaine de kilomètre. La Brigade Ramcke prend position dans le secteur qui va de Deir El-Chein à Bab El-Qattara, à une dizaine de kilomètre au sud-ouest d’El Alamein. Lorsqu’on parle de guerre de
[/color][/color]position, Leicht-Afrika-Division, et sera renforcée par deux bataillons de la « Folgore ». Bien que les hommes de Ramcke est accompli leur mission grâce rôle essentiel des Pionere qui ont dégagés des passages dans les champs de mines, la manœuvre des blindés échoue faute d’essence. Ramcke installe son P.C. derrière la Folgore, à l’aile gauche, après avoir donné l’ordre à ses hommes de tenir ses nouvelles positions. Dans la nuit du 3 au 4 septeon sous entend l’utilisation d’artillerie. Or, les batteries « Caramba » et « Karacho » qui compose le groupe d’artillerie parachutiste du Major Fenske sont en Europe. L’ordre de transfert de ces unités est bientôt émis. Bien que les hommes du groupe rejoignent Tobrouk sans encombre, les canons transportés par voie maritime finissent au fond de la Méditerranée. Le groupe Fenske est doté de pièces capturés et de deux canons sans recul LG40 de 105mm. Le groupe rejoint le front à Bab El Qattara où leur font face des troupes néo-zélandaise. À l’ouest de la crête de Ruweisat, des unités indiennes n’ont de cesse que d’attaquer les Fallschirmjäger qui les repoussent à chaque fois. Les Fallschirmjäger subissent en permanence les bombardements de l’artillerie anglaise ainsi que les attaques des chasseurs-bombardiers. Ramcke, qui a installé son P.C. près de Bab El-Qattara, prend des nouvelles de ses paras en rendant régulièrement en première ligne. Rommel a prévu de lancer ses Panzer sur les positions britanniques à El Alamein pour ouvrir les portes d’Alexandrie dans la nuit du 30 au 31 août. La mission du groupe Ramcke est d’ouvrir la route aux blindés au travers des champs de mines jusqu’à une quinzaine de kilomètres à l’est de leur position. Ramcke insiste sur l’importance de la mission auprès de ses commandants. Pendant son avance, la Brigade sera épaulée par la Division « Trieste » au nord et par la 90. mbre, les Fallschirmjäger repoussent une contre-attaque de chars et d’infanterie après avoir subit un violent pilonnage de l’artillerie. Les Fallschirmjäger dénombrent de nombreuses. Ramcke remplace le Generalmajor Ulrich Kleemann à la tête de la 90.Leicht Afrika-Division. Le front se fige pour deux mois. Les Fallschirmjäger continue à effectuer des patrouilles et renforcent leur défense. Lors de l’attaque du 23 octobre, les forces de Montgomery, après avoir effectuées une percée, chargent vers l’ouest en direction de la frontière libyenne, menaçant de couper les lignes de ravitaillement de la Brigade Ramcke. Le repli est ordonné par son Kommandeur sous la protection d’une arrière-garde. Il s’effectue à pied. Une chance inespérée permet à ses hommes et à Ramcke d’échapper à la capture. Ils tombent sur une colonne de camions anglais dont-ils s’emparent. Cela leur permet de rejoindre les lignes allemandes le 7 novembre après avoir parcouru 350 km. Les Feuilles de Chênes lui sont attribuées le 15 novembre pour cette exploit et lui sont remises le 1er décembre par Hitler après sont retour en Europe. Le 21 décembre, il est élevé au grade de Generalleutnant.[/color] (à suivre)[/font][/size]
]
[/color]

(source revue ligne de front) [/color][/color][/color]


Revenir en haut
Admin puma
Administrateur principal
Administrateur principal

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 2 841
Localisation: snake mountain
Point(s): 256
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Sam 30 Avr - 01:19 (2011)    Sujet du message: Hermann Bernhaerd Ramcke Répondre en citant

exellent ! je me disais bien que c était un gars de la luftwaffe ! Okay

Revenir en haut



Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2010
Messages: 348
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): -27
Moyenne de points: -0,08

MessagePosté le: Sam 30 Avr - 20:03 (2011)    Sujet du message: Hermann Bernhaerd Ramcke Répondre en citant

Campagne d’Europe[/u] : Ramcke prend le commandement du 2. Fallschirmjäger-Division lors de sa création le 13 février 1943. L’unité comprend le Fallschirmjäger-Regiment 2 et les rescapés de la Fallschirmjäger Brigade 1. Concentré en Bretagne, elle rejoint le sud de la France le 27 mai. Fin juillet, elle gagne l’Italie après le renversement de Mussolini, et participe à l’opération « Asche » qui consiste à désarmer l’armée italienne. Ramcke cède momentanément le commandement pour cause de maladie. Courant novembre, l’unité est envoyée sur le front de l’est. Après subi de lourde perte, elle est envoyée en Rhénanie en mai 1944 pour y être reformé. C’est à ce moment que Ramcke en reprend le commandement. Après le débarquement des Alliés, il reçoit l’ordre de retourner en Bretagne le 12 juin. Un régiment organique du 2. Fallschirmjäger-Division est envoyée sur le front du côté de Carentan : le Fallschirmjäger- Regiment 6. Suite à la décision de Hitler de transformer les ports français ne places fortes pour éviter que les Alliés les utilisent pour acheminer leur ravitaillement, Ramcke prend le commandement de la Forteresse de Brest. En tout 35000 hommes sont présent sur la place (2. Fallschirmjäger-Division ; 343 Infanterie-Division ; les reste de la 266 Infanterie-Division ; diverses unités des trois armes). Les 4th et 6th Armoured du VIII th Corps U.S. de Middleton, après une charge qui leur permet de traverser la région d’est en ouest, bute sur la place forte de Brest (Festung Brest). Ramcke organise la défense en secteur en positionnant ses Fallschirmjäger avec les fantassins de la Heer, les artilleurs de la Kriegsmarine et les canonniers de la Luftwaffe. Ceux-ci doivent faire face aux divisions d’infanterie, qui ont relevés les deux divisions blindés, et qui peuvent compter sur l’appui de l’aviation, de la marine et de l’artillerie. Grâce à cet initiative, Ramcke permet de faire ressurgir le moral élevé de ses parachutistes sur les autres formations. De ce fait, les défenseurs allemands en font voir de toutes les couleurs aux G.I.’s. Le 30 août, la presqu’île de Plougastel tombe aux mains des Alliés, ce qui leur permet d’y installer leur artillerie pour pilonner Brest qui se trouve en face de la presqu’île. Puis le 10 septembre, c’est la poche de Conquet qui tombe aux mains des Alliés. Dans la ville en ruine, suite aux bombardements aériens et terrestres, c’est le début de violent combats de rues. Véritable répétition de la Bataille de Monte Cassino, les Américains s’engagent dans un combat d’une violence inouïe. Les « diables verts » sont un cauchemar pour les Alliés comme à Monte Cassino. Ramcke encourage ses hommes par des ordres du jour faisant appel à leur patriotisme pour durcir la résistance. Le 14 septembre, Ramcke est promu General der Fallschirmtruppe. Les G.I.’s finissent par gagner le combat grâce à leur supériorité numérique et matérielle. Le 16 septembre, Ramcke se retranche sur la presqu’île de Crozon et le 18 septembre, le General von der Mossel se rend avec toute la garnison à Brest. Le 19 dans la soirée, Ramcke se rend à son tour. Il reçoit, ce même jour, les Epées et Diamants pour sa Croix de Chevalier de la Croix de Fer avec Feuilles Chênes de la part d’Hitler[/color].[/font][/color][/size]


[color=#ffffcc]V/ Sa détention et son procès
, sansserif]Le 20 septembre, commence pour lui une longue période de détention. Le 21, il est autorisé à s’adresser une dernière fois à ses hommes : il les remercie pour leur dévouement pour la patrie et le courage dont-ils ont fait preuve. Ses soldats l’acclament avec le cri « Vater Ramcke » (Papa Ramcke), c’est ému qu’il les quitte. Le 27septembre, il est transférer au camp 11 à Trent en Angleterre. Il le quitte le 10 avril 1945 pour rejoindre le Etats Unis, où il séjourne dans le camp de Clinton (Mississipi). Ses geôliers ont vent qu’il compte s’évader pour se rendre en Amérique du Sud. Il est donc transférer dans différents camps avant d’être renvoyé en Angleterre le 2 mai 1946. Il passera par plusieurs camps avant d’être mis à la disposition des autorités françaises le 4 décembre de la même année. Le 15 décembre 1946, officiellement accusé d’avoir encouragé les pillages et les incendie de Brest alors qu’il commandait la forteresse, l’instruction du procès commence. Mis en résidence surveillée le 27 septembre 1950 à Soisy-sur-Seine, mais comme en janvier 1951 son procès n’a pas débuté, il va s’évader pour rentrer en Allemagne et va rencontrer le Chancelier Adenauer. Il reviendra en France et se constituera prisonnier. Enfin le 19 mars 1951, son procès débute. Aux chefs d’accusations viennent s’ajouter l’accusation d’exécutions sommaires de résistants et de civils. Condamnés à cinq ans de travaux forcés sa peine est commuée à cinq ans d’emprisonnement. Le 23 juin, il est libéré par les Français après sept ans de captivité. Ramcke décède le 5 juillet 1968 à Kappeln. Nombreux sont ses anciens soldats qui suivront son cercueil pour témoigner leur attachement à celui qu’ils surnommaient « Vater Ramcke .


Revenir en haut
Admin puma
Administrateur principal
Administrateur principal

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 2 841
Localisation: snake mountain
Point(s): 256
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Mer 4 Mai - 22:10 (2011)    Sujet du message: Hermann Bernhaerd Ramcke Répondre en citant

et  bien c est une triste fin pour ce soldat valeureux ! c est une exéllente biographie de cet homme pas trés connus mais trés combatif ! merci renardo Okay Okay

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:01 (2017)    Sujet du message: Hermann Bernhaerd Ramcke

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    figurines 1/6ème Index du Forum -> l histoire de la ww2 et de son materiel de guerre -> les généraux de la ww2 qui étaient ils? Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Template UT by dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com