figurines 1/6ème Index du Forum figurines 1/6ème
présentation de figurine au 1/6ème avec leur histoire
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 BienvenueInvité sur figurinepassion 
toutes les divisions et groupes §§
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    figurines 1/6ème Index du Forum -> l histoire de la ww2 et de son materiel de guerre -> les divisions de 39,45
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
TERMINATOR
admin en second maréchal d armée
admin en second  maréchal d armée

Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2011
Messages: 208
Localisation: tobrouk
Point(s): 103
Moyenne de points: 0,50

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 13:34 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

CHAPITRE 5 : LES DERNIERS ACCENTS
L’ARMEE DE HIMMLER ET L’AGONIE DU REICH


Vivant de plus en plus de façon autonome, la Waffen-SS est le bras armée d’un véritable état SS dans l’état allemand. Comme le reste de l’armée allemande, les « pompiers du Reich », émanations difficiles à contrôler mais omniprésentes des ambitions et fantasmes himmlériens, allaient périr dans le gigantesque incendie sans parvenir en rien à l’éteindre.


I/ Autour du 20 juillet 1944 : la Waffen-SS au premier plan


L’attentat manqué du 20 juillet 1944 est souvent perçu comme le véritable avènement de la SS au cœur du Reich. Mais le véritable tournant de cette évolution est la mise en place du salut nazi au sein de l’armée régulière. La conséquence, la plus lourde, est la nomination d’Himmler, au soir du 20 juillet, à la tête de l’armée de réserve (Erstzheer). Cette armée de réserve dénombre 2500000 hommes et Himmler a la charge de la formation et de l’entraînement des nouvelles unités à partir de cette date, mais cette réserve doit alimenter le front en « sang frais ».
Cette décision d’Hitler, politiquement et militairement lourde de conséquence, vient couronner un processus déjà entamé de passage de la Waffen-SS de son statut de force d’intervention à celui d’ « alternative au modèle de l’armée » comme l’écrit Jean Luc Leleu. À partir du 15 juillet, Hitler confie à Himmler et à la SS « l’éducation, la direction national-socialiste, le droit disciplinaire et la justice » des 15 divisions de la 29ème vague en cours de formation. Ces nouvelles formations sont dénommés Volksgrenadier-Divisionen (divisions de Grenadiers du Peuple), elles sont endoctrinés comme telle. Les suites de l’attentat ainsi que la mise au pas de l’armée renforcent la passation de pouvoir attribué à Himmler , il a dorénavant en charge l’entraînement des unités, même après leur versement à l’armée de campagne.
Le second acte de la puissance SS éclate au second semestre 1944. Lorsque le Reichsführer-SS met la main sur les derniers contingents, qui échappaient encore à l’autorité SS, en aout. Le rêve de Himmler d’une internationalisation de la SS s’opère jusqu’à la caricature. Mais certaines formations versées à l’Armée noire n’en verront jamais l’uniforme.
De décembre 1944 à février 1945, Himmler dirige un groupe d’armée tout d’abord en Alsace puis en Poméranie. Il est aussi nommé « représentant du Führer pour la résistance nationale à l’Est », il a la charge de faire évacuer la population allemande face à la progression de l’Armée rouge.
Les Waffen-SS représentaient 2% des effectifs et des grandes unités allemande après leur  montée en puissance du début de la guerre. Ce taux étant maintenu jusqu’aux premiers revers subis à l’Est en 1942. Au second semestre de 1944, elle atteint 10% des effectifs au prix d’une dilution profonde à la fois de l’ « esprit SS » et des qualités martiales des unités. À la veille de la capitulation, les formations SS de tous horizons représentent 15% des grandes unités allemandes. Les nombreuses formations hétérogènes et sous équipées n’ont plus grand rapport avec les formations des deux années précédentes. 
La fusion de la conscription de l’armée régulière et celle de la Waffen-SS est programmée en 1945. Jusqu’au printemps 1944, le niveau d’instruction des Waffen-SS est maintenue, mais comme dans toute l’armée, celui-ci chute à mesure que les besoins de combler les vides au front se font jour, sans oublier qu’il faut alimenter le mythes d’inépuisables ressources de combattants nationaux socialistes de la Waffen-SS auprès du Führer.
L’Armée noire a été jugé, après guerre par certains, d’avoir prolongé la guerre de plusieurs mois. Au contraire, d’autres ont jugés que la Waffen-SS avait accéléré la décadence de la machine de guerre allemande en absorbant et neutralisant une part croissante des ressources en hommes et en équipement grâce à son statut particulier et son rôle de « directrice de la conscience » de la Wehrmacht. La seule certitude, c’est que la Waffen-SS au sommet de son « art » autour de 1943 et de sa puissance brute en 1944-1945, n’arrivera pas à renverser la situation ni à l’Ouest ni à l’Est.


II/ Derniers accents à l’Est


Début 1945, la situation sur le front de l’Est est plus que désespérée. Guderian décrit le front comme un « château de carte » prêt à s’effondrer. L’offensive soviétique d’hiver, attendue par l’OKH, débute en janvier et les unités soviétiques balayent les dernières défenses du Reich en quelques semaines. L’Armée  rouge, partant de la Vistule, arrive sur l’Oder en trois semaines, réduisant les défenses en Poméranie avant de commencer son ultime attaque sur Berlin. Fin janvier, l’union soviétique reprend son offensive en Hongrie. Dans cette situation, la quasi-totalité du corps de bataille SS est rappelé de l’Ouest (sauf la Götz von Berlichingen et la division Nord). La Reichsführung-SS forma hâtivement en parallèle de nombreuses unités : formations étrangères, détachement de police, bataillons de dépôt, écoles de cadres constituant les noyaux des nouvelles divisions Waffen-SS. Avec des effectifs et un équipement dérisoires, ces unités sont jetées une à une dans la fournaise pour y être détruite sans aucun bénéfique.
Hitler, de plus en plus coupé de la réalité, considèrent que le corps de bataille blindé et mécanisé SS représente l’ultime réserve stratégique susceptible de renverser la situation. Cela démontre que même le Führer a été intoxiqué par la propagande.




FELIX STEINER
_________________
le peuple vaincra


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 18 Sep - 13:34 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
TERMINATOR
admin en second maréchal d armée
admin en second  maréchal d armée

Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2011
Messages: 208
Localisation: tobrouk
Point(s): 103
Moyenne de points: 0,50

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 13:37 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

III/ Combats en Hongrie


La Hongrie abrite des réserves de matières premières rares et une capacité de production pétrolière, d’où l’intérêt de maintenir ce pays du coté de l’Axe pour Berlin. À l’automne 1944, la bataille de Budapest débute. Le régent Horthy abdique, sous la pression allemande, au profit du parti d’inspiration national-socialiste : les Croix Fléchées. Fin octobre, les Soviétiques, appuyés par des ex-alliés allemands (Roumains au nord, Bulgares au sud), lancent une attaque sur deux fronts contre la capitale hongroise. Les 70000 hommes, présent dans la ville, sont complètement encerclés, on compte parmi les hommes encerclés les hommes de la division de cavalerie SS Florian Geyer et Maria Theresa du IX. Waffen-Gebirskorps der SS. 
Le IV. SS-Panzerkorps et des formations de la Heer sont désignés pour tenter de dégager la ville. Les trois offensives successives (opération Konrad) sont menées pour rompre l’encerclement. Ces offensives mènent les assaillants à moins de trente kilomètres du centre de Budapest. Les deux divisions SS sont épuisées et elles doivent cesser le combat (8000 hommes perdus). Elles ne se remettront jamais de ses pertes. Le 11 février, la capitale capitule, les Soviétiques font 50000 prisonniers. La 6. Panzerarmee de Sepp Dietrich, assortie de l’épithète « SS », est elle aussi envoyée en Hongrie. 
Début mars, les divisions des I et II. SS-Panzerkorps vont participer à l’opération « Unternehem frühlingserwachen » (printemps naissant) comme fer de lance. L’objectif est de prendre en tenaille puis détruire le 3ème front ukrainien (Tolboukine) au sud de Budapest. Le 6 mars, l’offensive est lancée, cette dernière offensive permet quelques progrès. Le 14, l’offensive donne de sérieux signes d’enlisement. Le 16, la contre offensive renvoie les SS de Sepp Dietrich (manquant de carburant et de moyen) sur leur ligne de départ même si Hitler avait ordonné de tenir coûte que coûte. La 6. Panzerarmee est repoussée jusqu’à Vienne, la Das Reich n’a plus que 50% de ses effectifs, et la Totenkopf n’en possède plus que 25%. Le général von Buenau dira que la Das Reich et la Totenkopf a eut un commandement bon et d’une efficacité « supérieure à la moyenne », mais inférieur à des unités régulières de la Wehrmacht, comme la 6. Panzerdivision.
Jusqu’à mi-avril, la résistances autour de Vienne continue avec le reste du corps de bataille Waffen-SS avant que celui-ci reflue en Tchécoslovaquie. La totalité des Panzer-Divisionen terminent ici leur carrière sauf une. Elles échappent de peu à la destruction totale en rompant in extremis plusieurs tentatives d’encerclement. Début mai, après s’être engagés les débris de la LSSAH, de la Das Reich, de la Wiking, de la Hohenstaufen et de la Hitlerjugend se rendent aux occidentaux. Le 9 mai, le régiment Deutschland n’a pas pu se dégager, a perdu 70% de ses effectifs, et doit se rendre aux Soviétiques. La Totenkopf paie le prix de ses origines en étant « rendue » à l’Armée rouge.


IV/ De la Poméranie à Berlin


Pendant que le gros du corps de bataille Waffen-SS consume ses dernières forces dans des contre-attaques inutiles, un autre rassemblement des forces Waffen-SS se déroule en Poméranie. Himmler, après son échec en Alsace au mois de janvier, prend le commandement d’un « groupe d’armée de la Vistule » en Poméranie, avec Lammerding comme chef d’état major. La 11.Armee est reformée après avoir été détruite en 1942. Elle est confiée au général SS Steiner. Cette armée est composée des débris d’une douzaine de divisions parmi lesquelles le gros des forces mécanisées Waffen-SS encore disponibles et non engagées en Hongrie.
Le problème d’effectifs est loin du fantasme : la SS-Polizei compte à peine 10000 hommes valides et une quarantaine de blindés ; la Frundsberg n’a pas retrouvé ses effectifs après les pertes subies en Alsace, alors que les divisions belges ont à peine 5000 soldats à toutes les deux. Malgré ces difficultés, à partir du 15 février, la contre-offensive (opération Sonnewende - Solstice) débute : l’objectif est Kustin et la prise de flanc des forces soviétiques qui, parvenue sur l’Oder, menacent Berlin. L’Armée rouge est surprise. Les Waffen-SS et les unités de la Wehrmacht de Steiner connaissent quelques succès sans lendemain, ces succès alimenteront la mystique de l’internationale SS. La Nordland dégage provisoirement Arnswalde, permettant l’évacuation de la garnison et de plusieurs milliers de civils. La SS-Polizei et la Frundsberg enfoncent les lignes ennemies sur une dizaine de kilomètres. Malgré cela, l’opération est un échec, elle est stoppée le 18 février.
L a contre-attaque de Joukov démontre la supériorité de l’Armée rouge. Le groupe d’armée « Vistule » est balayé et les pertes allemandes sont très lourdes. Berlin est le prochain objectif soviétique. Le 16 avril, Joukov et Koniev lance l’offensive sur l’Oder et la Neisse. Le résistance allemande, avec les restes de l’Armée noire, est acharnée surtout sur les hauteurs de Seelow. Mais cela n’empêche pas l’encerclement de la capitale. Hitler tente d’en appeler au général SS Steiner le 21 avril, au mépris de toute réalité, pour secourir Berlin. L’improbable sauveur ne peut plus compter que sur des débris d’unités de la Heer et quelques bataillons de la SS-Polizei sans armement lourd. Steiner refuse de sacrifier ses derniers hommes dans une opération vouée à l’échec, ce qui balaye les dernières illusions d’Hitler. Les restes de la Waffen-SS « internationale » se prévaudront de l’ultime défense de Berlin et du respect de son « serment » envers son Führer. Les dernières formations de la Wehrmacht et du Volkssturm forment le dernier carré de résistance du quartier de la chancellerie, avec quelques Belges, Français, Espagnols, Baltes et « Germaniques » de la Nordland.




POSOTION D'UNE MG34
_________________
le peuple vaincra


Revenir en haut
TERMINATOR
admin en second maréchal d armée
admin en second  maréchal d armée

Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2011
Messages: 208
Localisation: tobrouk
Point(s): 103
Moyenne de points: 0,50

MessagePosté le: Dim 18 Sep - 13:39 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

Ce sacrifice, volontaire, repris et largement mis en valeur dans la littérature d’après-guerre, aura été vain et n’aura rien changé sur le sort de la bataille.


V/ Le bilan : la Waffen-SS « Pompiers de l’Elite du Reich »


Que faut-il retenir ? Ni troupes d’élites ni « soldats comme les autres » (Adenauer) comme on le percevra  alternativement, mais au final ni l’une ni l’autre des définitions les décrits correctement.
Ils furent d’abord des soldats politiques au service du national-socialisme, utilisé pour la « conquête intérieure » de la société allemande, puis pour imprégner les autres sociétés européennes, en prétendant transcender les cadres nationaux préexistants au profit de l’idéologie nazie. Des personnalités fortes et dissemblables (S. Dietrich - T. Eicke - P. Hausser - Steiner) ne seront guères enclins à se soumettre aveuglément à la hiérarchie de l’Ordre noir. Malgré que cette première génération, autonome, soit réfractaire à l’autorité d’Himmler voir à celle du Führer lui-même, on voit se greffer sur cette première génération un corps de jeunes officiers entièrement formés en interne par l’Ordre noir. Mais ces jeunes officiers sont à la tête d’une troupe de moins en moins endoctrinée et politisée, avec des origines de plus en plus diverses. 
En l’espace de quelques années, cette petite « garde prétorienne » du nazisme est prédestinée à gagner sur le champ de bataille le « droit moral » d’agir après-guerre comme force de répression du régime va se transformer en une véritable armée de masse d’origine multiple aux vastes ramifications approchant le million de combattants. Après avoir renié certains de ses principes, la Waffen-SS supplée, puis commence à écarter une armée dont Hitler se méfie de plus en plus. Cette évolution s’est opérée par à coups  mais de manière continue, mais elle est loin d’être terminée. 
Sur le plan militaire, on peut conclure comme dans le livre de Jean Luc Leleu, s’il est « professionnellement » possible d’associer l’adjectif « élite » aux unités SS, celui-ci doit être limité pour l’essentiel au milieu de la guerre et aux principales divisions blindées historiques, très bien équipées et dotées d’effectifs jeunes et triés sur le volet. Une analyse de Jochem Peiper sur la Waffen-SS de 1942-1943 est relativement pertinente : « un corps de troupes endoctriné mais hautement inspiré est capable de remporter des succès initiaux étonnants. Néanmoins, sur le long terme, il manque de la solidité et de l’endurance nécessaire pour affronter les périodes de crises. [Lorsque] les divisions des Waffen-SS étaient en nombre restreint et pas encore surévaluées, elles représentaient à tout égard une élite. »
Il est à noter que les divisions Waffen-SS constituent dès 1943 à peu près un quart des grandes unités blindées et mécanisées d’intervention, seules ou presque à même de se distinguer au feu et de jouer les « pompiers » du front avec plus ou moins de succès, alors qu’elles ne représentent que 10% à la fin de la guerre. Cette élite SS se confond avec celle des autres armes sans s’en distinguer vraiment autrement que par de fréquents traitements de faveur et un statut de réserve stratégique à disposition d’Hitler, qui sait la ménager autant qu’elle sait impressionner. Les faits d’armes qui lui sont attribués sont toujours mis en lumière par le Reichsführer-SS lui-même, alors que leurs échecs sont tus, atténués voir instrumentalisés. Au contraire plusieurs unités régulières ayant mérité au feu des éloges comparables n’ont pas eu la même exposition que les unités de l’Ordre noir.
Avec un total de plus de 4.2 millions de morts, près de 80% des pertes totales de la guerre, c’est la masse anonyme de l’armée de terre qui subit l’essentiel de la saignée de la guerre. La Luftwaffe, perd quant à elle, 430000 hommes. Le nombre de mort s’élève à 315000 hommes pour la Waffen-SS soit 6% du total mais ce nombre de mort représente le tiers des effectifs de la Waffen-SS. Pour la Waffen-SS, les pertes s’établissent selon les théâtres d’opérations comme suit : 37% de pertes subies à l’Est jusqu’en 1944 ; 12% sur les fronts secondaires (Italie et Balkans) ; 14% à l’Ouest et 28% lors de la défense ultime du Reich en 1945. Alors que pour la Heer, les chiffres sur les mêmes théâtres d’opérations sont les suivants : 59% à l’Est ; 5% sur les fronts secondaires ; 8% à l’Ouest et 20% pour l’ultime défense du Reich. La Waffen-SS est d’autant moins prioritairement « sacrifiée » dans la « croisade contre le bolchévisme », qu’elle est la seule branche militaire allemande à voir ses pertes diminuer en 1942 (1941 = 23000 morts ; 1942 = 17000 ; 1943 = 33000) alors que les pertes de la Heer ne cessent de croître (300000 ; 500000 puis 700000 morts entre 1941 et 1943). 




SIDE CAR EMBOURBE
_________________
le peuple vaincra


Revenir en haut
Admin puma
Administrateur principal
Administrateur principal

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 2 841
Localisation: snake mountain
Point(s): 256
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Mer 21 Sep - 16:48 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

tiens une petite photo :
 


 une bonne lecture merci terminator


Revenir en haut
Admin puma
Administrateur principal
Administrateur principal

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 2 841
Localisation: snake mountain
Point(s): 256
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Mer 21 Sep - 16:56 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

un char tigre :
 


Revenir en haut
Admin puma
Administrateur principal
Administrateur principal

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 2 841
Localisation: snake mountain
Point(s): 256
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Mer 21 Sep - 17:08 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant


notez la différence des écusson don un a un simple passe partout qui correspond a la  1er panzer division ss alors que celui ci a deux cléf qui ce croise ! cela correspond au 1er groupe d armeé de panzer lourds ss (groupe de divisions blindée lourde)  la clef est un symbole que les ss de cette division on repris pour embleme du fait de leur commandeur et créateur sepp dietrich dont le nom en patoit bavarois veu dire passe partout !


Revenir en haut
Nergal
général de corp d armée de la heer
général de corp d armée de la heer

Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2010
Messages: 296
Localisation: Sud Ouest
Masculin Poissons (20fev-20mar)
Point(s): -1
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 21 Sep - 19:57 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

http://figurinepassion.xooit.fr/t382-toutes-les-divisions-et-groupes-SS.htm…Réponse rapide:    
Prévisualisation:
Afin de compléter les sources littéraires déjà citées, je vous recommande le dictionnaire de la waffen ss en 4 volumes de CharlesTrang aux éditions Heimdal, j'ai les deux tomes déjà sortis et je vous garantsi que c'est du sérieux et du très complet.



_________________
Dans la mesure du possible, nous vaincrons!


Revenir en haut
Admin puma
Administrateur principal
Administrateur principal

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 2 841
Localisation: snake mountain
Point(s): 256
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Mer 21 Sep - 20:17 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

ok  j ai déja vu les couverture et avec heimdal on est pas déçu !  bonne réfférence nergal

Revenir en haut
Admin puma
Administrateur principal
Administrateur principal

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 2 841
Localisation: snake mountain
Point(s): 256
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Mer 21 Sep - 20:27 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

voici une vidéo d époque  d une marche waffen :
  http://www.dailymotion.com/video/x2l1xa_the-march-of-the-waffen-ss_news


Revenir en haut
TERMINATOR
admin en second maréchal d armée
admin en second  maréchal d armée

Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2011
Messages: 208
Localisation: tobrouk
Point(s): 103
Moyenne de points: 0,50

MessagePosté le: Jeu 22 Sep - 12:10 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

mais est ce que le petit résumé de l'article vous convient, car j'ai passé beaucoup de temps en recherche et maintenant je consulte les annexes du livre de Jean Luc Leleu pour voir ce que je peux ajouter pour compléter ce topic
_________________
le peuple vaincra


Revenir en haut
Admin puma
Administrateur principal
Administrateur principal

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2010
Messages: 2 841
Localisation: snake mountain
Point(s): 256
Moyenne de points: 0,09

MessagePosté le: Jeu 22 Sep - 18:51 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

oui tu travaille trés bien jm !
 

 voici ta récompence pour tes recherche sur la waffen ss
   


Revenir en haut
TERMINATOR
admin en second maréchal d armée
admin en second  maréchal d armée

Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2011
Messages: 208
Localisation: tobrouk
Point(s): 103
Moyenne de points: 0,50

MessagePosté le: Jeu 22 Sep - 21:42 (2011)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§ Répondre en citant

ouah, superbe, si je la trouve en vrai je la garde
_________________
le peuple vaincra


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:33 (2017)    Sujet du message: toutes les divisions et groupes §§

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    figurines 1/6ème Index du Forum -> l histoire de la ww2 et de son materiel de guerre -> les divisions de 39,45 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Template UT by dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com